Impactum, partenariat et visibilité

Vous souhaitez devenir plus convaincant? Vous souhaitez accroître votre leadership? Vous faire de nouveaux alliés dans vos affaires, ou tout simplement générer plus de confiance et d’engagement autour de vous?

Rejoignez la communauté IMPACTUM à Montréal et bénéficiez d’une panoplie d’outils et de technologies optimales pour booster votre Capital Humain dans vos affaires!

Rejoignez notre communauté de leader!

Abonnez-vous vite à la newsletter Impactum et recevez en exclusivité des vidéos, des ebooks et plein d’autres surprises pour devenir le leader de votre industrie!
Vous souhaitez accroître votre influence en affaires ?

Inscrivez-­vous au programme Plein Essor au www.impactum.org !

Pour plus d’informations contactez­-nous au 514-225-1995 ou écrivez­-nous à info@impactum.org

Groupe vétérinaire Daubigny

C’est lors de la récente célébration soulignant les 25 ans d’existence du Groupe vétérinaire Daubigny que ses dirigeants faisaient l’annonce officielle d’un tout nouveau concept de cliniques vétérinaires bien de chez-nous: Globalvet. Globalvet réinvente la médecine vétérinaire en créant un lieu d’exception, où sous un même toit se côtoient des spécialistes en médecine vétérinaire, des spécialistes en comportement animal et des experts en nutrition. L’une des cliniques située à Beauport est unique en Amérique du Nord et correspond exactement au concept de prise en charge globale du client et du patient. En effet, tout est mis en oeuvre pour que l’animal et son maître puissent vivre une expérience des plus positives.

http://globalvet.ca

 

Le BSDQ, un joueur incontournable pour une saine concurrence dans l’industrie de la construction au Québec

Dans une industrie de la construction mise à l’épreuve, le Bureau des soumissions déposées du Québec (BSDQ) se distingue depuis plus de 47 ans auprès des entreprises et des organismes des secteurs privé et public comme un service accessible et fiable favorisant une saine concurrence dans le processus de soumissions de leurs projets.

« Les maîtres de l’ouvrage ayant des projets de construction à réaliser sont de plus en plus à la recherche de systèmes qui leur procurent un encadrement transparent et efficace dans la procédure d’appel d’offres et de soumissions. C’est exactement ce que le BSDQ offre. Notre système donne une chance égale à tous les entrepreneurs de se positionner avantageusement lorsqu’un projet de construction est lancé. Les règles du Code placent les soumissionnaires à l’abri du marchandage et rendent possible une saine concurrence entre les entrepreneurs.», explique M. Guy Turcotte, ing., directeur général du BSDQ depuis 16 ans.

Un des objectifs du BSDQ est d’offrir aux différents intervenants un système de soumission qui rencontre les plus hauts standards en matière de sécurité, de fiabilité, d’efficacité et d’efficience.

Ainsi, les maîtres de l’ouvrage ayant recours au BSDQ bénéficient de nombreux avantages, dont l’obtention de plus de soumissions, donc de meilleurs prix, une garantie d’efficacité des marchés, la rigueur dans le processus d’appel d’offres et la réalisation d’une Responsabilité sociale d’entreprise (RSE).

LE BSDQ dépose son mémoire à la Commission Charbonneau

Au fil des ans, les tribunaux ont reconnu le caractère d’intérêt public du Code de soumission du BSDQ en tant que «contrat collectif favorisant l’honnêteté et le maintien d’une saine concurrence dans le domaine de la construction.» Il s’agit donc d’un outil fiable à être considéré par les maîtres de l’ouvrage publics et privés du Québec.

Le 8 juillet dernier, le BSDQ déposait d’ailleurs un mémoire à la CEIC, dans le cadre des consultations publiques initiées par la Commission Charbonneau. Disposant d’une expertise pointue dans le domaine de la construction depuis près de 50 ans, le BSDQ croit nécessaire d’intervenir comme citoyen corporatif en dénonçant certains agissements allant à l’encontre de l’intérêt public et en présentant ses recommandations. Avec son expertise unique, le BSDQ se propose sans fausse prétention comme une solution pour contrer la collusion et améliorer l’offre de service dans l’industrie.

Le BSDQ : quelques faits saillants

  • Réseau de 6000 entrepreneurs utilisateurs du système
  • Moyenne de 50 000 soumissions déposées par année
  • Environ 4 500 projets de construction inscrits annuellement
  • OSBL mis sur pied en 1967
  • Un produit et un service développés au Québec
  • Créé par 3 organismes reconnus : ACQ, CMEQ, CMMTQ
  • Un système fonctionnant par Internet disponible 7 jours sur 7, 24 heures sur 24Pour en savoir davantage, visiter le nouveau site internet du BSDQ au www.bsdq.org ou suivez sa page d’entreprise sur LinkedIn.

Pour entrevues ou information:

Caroline M. Gauthier
cmgauthier@terrainmarketing.com
(514) 965-6139

www.bsdq.org

1ère conférence au Canada sur le leadership symbiocratique

1ère conférence au Canada sur le leadership symbiocratiqueTM, une nouvelle discipline managériale fondée sur la symbiose.

” La seule raison, pour laquelle nous sommes constamment confrontés à des crises, est que nous sommes en pleine et réelle crise de leadership ! ” D. Reinach

Après 8 ans de recherche et d’analyse des plus grands leaders de ce monde, Didier Reinach, expert en leadership depuis 25 ans, a mis en exergue les 6 éléments fondamentaux du leadership.

Avec la participation de Jean-Marc Dupont, Docteur en physique théorique au CNAM, il a confronté ses travaux à différentes sciences. Ainsi grâce à la biologie, à la neurologie, à l’épigénétique, à la physique, à la thermodynamique, à la philosophie,…, il a découvert que le vrai leadership repose sur le phénomène de la symbiose.

Fort de ces résultats, Didier Reinach et son équipe ont créé un modèle de discipline de leadership unique au monde : la Symbiocratie™. Le pouvoir de la symbiose au service des richesses économiques et sociales.

Le fondateur de la SymbiocratieTM : Didier Reinach est conférencier, formateur et expert en leadership depuis 25 ans. Il a été Maître de conférence à l’École Nationale d’Administration de Paris. Il est aussi le co-auteur du livre “Les Richesses Économiques du Cerveau”. Au cours de sa carrière, Didier Reinach est intervenu auprès de nombreuses PME et de multinationales en Europe et au Canada. Il a ainsi travaillé avec Chanel, Volkswagen, Veolia, Ressources Humaines Canada, Loto-Québec, Chambre de Commerce de Québec, Industrie Canada, Hydro-Québec, Allianz, AGF, AXA, IRIS, Transcontinental, Sureté du Québec. Humaniste impliqué, il a pour passion le développement du leadership, le bonheur des employés et la performance des organisations.

1er Atelier-conférence : “Et si on nous avait menti à propos du leadership ?”

Le 8 avril 2014 à Montréal de 7h30 à 10h30, au Hilton Montréal Bonaventure

900 Rue de la Gauchetière Ouest
Montréal QC
H5A 1E

Participer à l’événement

Visiter le site web

 

JLR Recherche Immobilière

Lauréat Argent au concours les Médaillés de la relève

Par Bernard Gauthier


JLR Recherche Immobilière
a remporté le prix Argent des Médaillés de la relève lors de la septième édition du concours en mai dernier. Ce concours vise à honorer le transfert réussi d’une entreprise privée québécoise par son propriétaire à une équipe formée des membres de sa famille ou de cadres de l’entreprise. La soirée s’est déroulée à la Caisse de Dépôt et Placement du Québec sous la direction de HEC Montréal, PwC et BCF, Avocats d’affaires.

« Nous avons été surpris d’avoir été nominés et surtout très contents de terminer en 2e place compte tenu du nombre élevé d’entreprises et de leur qualité. Cela démontre que nos efforts ont porté fruit un an après le transfert de l’entreprise », raconte Félix Laroche, président de JLR Recherche Immobilière.

Fondée en 1987 par Jacques Laroche, l’entreprise œuvrait principalement dans les domaines bancaires et municipaux. Puis en 2012, Félix Laroche, fils du fondateur, et son partenaire Christian Boivin prennent la tête de l’entreprise en pleine expansion.

Activités de JLR

La firme JLR Recherche Immobilière permet de tout savoir sur une propriété enregistrée au Registre foncier. En cliquant sur le lien www.jlr.ca , et moyennant des frais d’abonnement et de recherche, vous pourrez accéder à une immense banque de données permettant de tout connaître ou presque sur les transactions immobilières au Québec, en Ontario et aux  États-Unis.

JLR est la première entreprise au Québec à offrir de tels services en ligne: registre des transactions immobilières depuis 1986, fiches de propriété avec photos et cartes géographiques, outils de comparables immobiliers et services d’évaluation. Depuis 2011, JLR possède son application pour téléphones intelligents grâce à la recherche par GPS.

« Chaque année, nous enregistrons quelque 300 000 nouvelles transactions. Bien que les particuliers aient accès à nos services, les institutions financières, les organismes gouvernementaux, les entreprises privées et les professionnels de l’immobilier sont nos principaux clients. Notre banque de données leur permet d’analyser le marché, d’évaluer une propriété, de gérer leur portefeuille immobilier, de prévenir le risque et de rejoindre leur clientèle cible », explique Félix Laroche.

Rapport ÉVIA

Grâce à sa filiale Evalweb (www.evalweb.ca), JLR offre aussi des services d’évaluation en ligne. Le rapport EVIA permet d’obtenir l’estimation de la valeur immobilière automatisée d’une propriété, en moins de deux minutes. Disponible pour l’unifamilial, duplex, triplex ou condominium,  le rapport est très utile pour établir la valeur marchande et mieux connaître le marché au moment de l’acquisition d’une propriété.

 
Croissance exponentielle

Selon Félix Laroche, tous les profits de l’entreprise sont réinvestis chaque année, ce qui explique la croissance exponentielle depuis sa fondation en 1987. La PME montréalaise compte une quarantaine d’employés et enregistre à ce jour un nombre total de requêtes de :

–       2,8 millions de propriétés en Amérique du Nord;

–       5,5 millions de transactions depuis 1986;

–       2,3 millions de titres;

–       3,5 millions de propriétaires

–       1,4 million de photos de façades de maisons du Québec depuis 1990.

La diversité des services offerts par JLR contribue à la croissance de l’entreprise, entre autres grâce à la conception d’applications web personnalisées et à sa filiale Evalweb.

2bandeau-jlr

JLR Recherche Immobilière
C.P. 291 Station H
Montréal (Qc)
H3G 2K8

Tél. : 514.861.5134

www.jlr.ca

www.evalweb.com

Animat

animat3Animat – un producteur de Sherbrooke, au Québec – s’associe avec la société Moose Creek Tire Recycling (MCTR) dans un investissement de 18 millions $ dans l’expansion de ses capacités de production et fait le dévoilement de ses nouvelles installations le 22 Novembre 2013 à Moose Creek en Ontario.  Comme c’est le cas à Sherbrooke, les nouvelles installations en Ontario permettent désormais de réaliser toutes les étapes de la production des tapis de caoutchouc recyclé et de créer plus de 45 nouveaux emplois dans la collectivité.

www.animat.ca

Les Collections Dubreuil: propriétés écologiques et abordables

Logo_orange_Conteneur_Dub_2013_08_29

Les Collections DUBREUIL

Les Collections Dubreuil se spécialisent dans la construction de propriétés écologiques et abordables. Claudie Dubreuil, propriétaire, innove constamment lors de la conception de ses projets de condos, semi-détachés et maisons, tant au niveau de l’aménagement de l’espace, que du design et du choix des matériaux. C’est par conviction personnelle et professionnelle que les Collections Dubreuil offre une gamme de produits écologiques et innovateurs à sa clientèle. www.collectionsdubreuil.com

 

 

Le Vendeur est-il encore nécessaire au 21 ième Siècle (Partie 3)

Historique

 

Dans le « 1 », je vous ai donné l’historique du vendeur.

Dans le « 2 », l’apport du vendeur dans la vente.

Aujourd’hui, je vais vous présenter l’approche à utiliser pour connaître les vrais besoins du client.

Questionner

Pour réussir dans la vente, il faut savoir précisément ce dont le client a besoin. Pour le savoir, il faut poser les bonnes questions. Voici une approche que l’on retrouve dans le « SPIN Selling » du « Huthwaite Research Group » :

S : Question de Situation – Pour connaître la situation du client :

« Quel produit utilisez-vous présentement? »

P : Question de Problème – Pour connaître les insatisfactions du client :

« Avez-vous des problèmes avec ce que vous utilisez présentement? »

I : Question Importance – Pour que le client voie l’ampleur de son problème :

« Quelles sont les conséquences de ce problème? »

N : Question de Nécessité – Pour que le client voie les conséquences heureuses de la solution :

« Quel effet aurait l’élimination de ce problème sur votre marge de profit? »

 

Une fois le problème clairement identifié et la bonne solution présentée, seul le vendeur peut dissiper les objections du client avec tact et ainsi amener le client à une satisfaction totale.

 

Le vendeur n’est pas prêt à disparaitre. Du moins pas tant que le contact humain est nécessaire et souhaiter.

 

Entre temps, n’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires à : consultationjml@videotron.ca ou téléphonez-moi au 514-922-7388.

Le Vendeur est-il encore nécessaire au 21ième Siècle (Partie 2)

Par : J. Michel Lavictoire, consultant en vente

Historique

Donc, la question se pose : « Le vendeur est-il encore nécessaire? »

Pour moi, la réponse est un « OUI » catégorique.

La vente

Quelle est la plus grande différence pour le vendeur?

• Avant, il devait vendre, c’est-à-dire presser le client jusqu’à ce que ce dernier achète.

• Aujourd’hui, il doit plutôt présenter des solutions et aider le client à choisir la bonne basée uniquement sur ses besoins réels.

 

Avant de prendre une bonne décision d’achat, le client doit bien savoir ceci :

1. Quelle est sa situation réelle?

2. Quels sont les problèmes à résoudre ou les besoins à combler?

3. À quel point ses problèmes ou ses besoins sont-ils importants?

4. Quels sont les meilleurs produits ou services pour les résoudre ou pour les combler?

 

De plus, son questionnement doit être rigoureusement précis et franc, car souvent le client ne peut répondre à ces questions sans savoir si ses réponses sont implicites ou explicites. Voici un exemple de tous les jours :

• Implicite : « J’aurais besoin d’une nouvelle voiture! » Qui n’y a pas pensée?

• Explicite : « Avec l’âge et le kilométrage de ma voiture, il est temps de la changer avant que des problèmes majeurs apparaissent! » Là, on a une base solide sur laquelle préparer sa vente.

 

Le vendeur est essentiel à amener le client à voir la grande image afin d’y apporter tous les éléments nécessaires à la meilleur décision. Pour ce, le vendeur doit poser les bonnes questions et lors de la dernière parution, je vous donnerai un exemple du type de questions qu’il faut demander.

Entre temps, n’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires à : consultationjml@videotron.ca ou téléphonez-moi au 514-922-7388.

 

Logo Lavictoire

 

 

 

 

 

Le Vendeur est-il encore nécessaire au 21ième Siècle

Par : J. Michel Lavictoire, consultant en vente

Historique
Le vendeur a-t-il vraiment changé à travers les temps? La réponse est un « OUI » catégorique.

19e siècle – la production a augmenté par la mécanisation. Des systèmes de distributions furent développés et de là est né le vendeur moderne en Amérique du Nord. La population croissante devait être servie et le vendeur s’est adapté et a trouvé des réponses à sa façon de présenter et vendre ses biens.

20e siècle – vinrent les guerres et la production à très haut volume. Le marketing moderne est né avec la forte concurrence que cela a apportée. Le vendeur était encore beaucoup plus nécessaire et il a dû développer et utiliser des techniques de vente beaucoup plus sophistiquées pour se démarquer. Qui n’a pas entendu parler des techniques de vente « Xerox », développées au milieu des années 1960?

21e siècle – guidé par l’informatique, l’Internet, les produits « i », les téléphones intelligents, le consommateur a accès à plus d’information qu’il n’en a jamais eu. Plusieurs compagnies offrent maintenant leurs biens « en ligne » comme « Amazon.com », « Kijiji » en plus des grands détaillants comme Wal-Mart, Costco, Bureau-en-Gros, etc.

Donc, la question se pose : « Le vendeur est-il encore nécessaire? »
Ma réponse est encore « OUI ». Dans une prochaine parution, je vais vous dévoiler mes raisons.

Entre temps, n’hésitez pas à me faire parvenir vos commentaires à : consultationjml@videotron.ca ou téléphonez-moi au 514-922-7388.

2013-04-28 19_48_09-Nouvelle Le Vendeur au 21i+¿me Si+¿cle -lavictiore